Anne Guillaume nous parle de la sécurité routière chez Renault

Thème: 
Témoignages

Anne Guillaume, Expert Leader Santé et Sécurité Routière, répond à nos questions.

Vous avez dirigé le LAB[i] pendant 10 ans. En quoi cela a-t-il changé votre vison sur la manière de sensibiliser à la sécurité routière ?

Les causes d’accidents combinent plusieurs facteurs mais on retrouve pratiquement constamment une composante liée au comportement d’un usager de la route : survitesse, alcool, traversée imprudente, … Les études du LAB permettent d’identifier ces facteurs avec des études détaillées d’accident.

D’autres études réalisées montrent la force des habitudes, de l’éducation ou d’une mauvaise compréhension du pourquoi des conseils pratiqués en SR. Par exemple, il a été montré dans le projet CASPER[ii] que 70% des enfants ne sont pas ou sont mal attachés dans la voiture en Europe.

Quels sont les différents types d’actions mises en œuvre par Renault pour améliorer la sécurité routière ?

La sécurité routière mise en œuvre par Renault se fait selon une approche globale en 5 points : sensibiliser, prévenir, corriger, protéger, secourir.

- Sensibiliser, pour faire de chacun un acteur dans la prévention du risque routier.

- Prévenir, en développant des équipements pour alerter le conducteur ou faciliter la conduite.

- Corriger, en proposant des aides à la conduite pour les conditions difficiles ou d’urgence sans se substituer au conducteur.

- Protéger, en assurant une protection optimisée pour les usagers de la route.

- Secourir, c’est-à-dire contribuer à l’optimisation de l’intervention des équipes de secours auprès des blessés.

En ce qui concerne la sensibilisation, Renault est actif pour ses collaborateurs mais aussi de façon plus large pour tous les usagers de la route à commencer par les enfants.

Dans ce cadre, comment voyez-vous la place du programme Sécurité et Mobilité Pour Tous ?

Le programme Sécurité et Mobilité Pour Tous a été conçu pour aider les jeunes à se déplacer dans leur environnement routier en toute sécurité. Pour les enfants, il vise à faire comprendre les panneaux importants à connaitre et à leur donner les bases de la sécurité routière en tant que piétons puis en tant que cyclistes. Puis le programme s’adapte pour leur fournir les connaissances utiles en fonction de leur âge.  Il offre des outils pédagogiques qui permettent un accompagnement efficace par le professeur.

En tant que membre du jury du concours international Tes Idées Tes Initiatives, quel message souhaiteriez-vous adresser aux jeunes participants ?

Le concours international « Tes idées Tes Initiatives » est une magnifique opportunité de devenir un acteur de la sécurité routière et de la mobilité durable, et de motiver les personnes autour de soi. Les enjeux sont énormes et chaque action est importante. Le constat est qu’il y a 1,35 million de tués par an sur les routes dans le monde et entre 20 et 50 millions de blessés. Toutes les énergies sont utiles pour lutter contre le fléau de l’insécurité routière tout en garantissant la mobilité de tous. L’implication de chacun est devenue une nécessité si l’on veut sauver des vies. Ce sont les gouttes d’eau qui font les océans.

Quel souvenir garderez-vous de la remise des Awards Internationaux de sécurité routière, où vous avez reçu un prix des mains du Prince Michaël de Kent ?

La remise des Awards est à la fois très émouvante et très stimulante.

Très émouvante puisque cette cérémonie permet de rencontrer d’autres personnes particulièrement motivées pour la sécurité routière. De fait, chacune est fortement engagée dans des actions locales, nationales ou internationales avec la détermination de sauver des vies.

Très stimulante car toutes ces volontés tournées vers le même objectif final sont encourageantes et dynamisantes pour la poursuite des actions afin d’améliorer la sécurité routière.

L’accident de la route ne doit pas être considéré comme une fatalité. Il faut garder en tête qu’il est évitable. De voir les efforts déployés par tout un chacun pour aller dans ce sens donne envie de redoubler d’énergie pour cette cause !

 

 

[i] Le Laboratoire d’accidentologie, de biomécanique et d’étude du comportement humain (Lab) est un groupement d’intérêt d’une quinzaine de chercheurs issus de Renault et PSA. La structure travaille notamment sur les véhicules autonomes.

[ii] Le projet CASPER (« Child advanced safety project for European roads») a été coordonné par le GIE DE RECHERCHES ET D'ETUDES PSA RENAULT et partiellement financé par l’UE